Toutes les informations de nos clients destinées aux médias dont du matériel photographique en haute définition peuvent être téléchargées.

Les voyagistes s’engagent pour les droits de l’homme

Editeur: FSV,

La Fédération Suisse du Voyage assume sa responsabilité en matière de droits humains et adhère à la table ronde «Droits de l’homme dans le tourisme».

Zurich, 12 juin 2014 – Quelles sont les conditions de travail des collaborateurs locaux actifs dans le secteur du tourisme? La population indigène est-elle suffisamment respectée? Quelle est la charge imposée aux porteurs dans le cadre de trekkings? Certains secteurs sont-ils liés au travail des enfants, voire à la prostitution enfantine? La Fédération Suisse du Voyage (FSV) a décidé de sensibiliser encore davantage ses quelque 810 membres à ce type de questions.

C’est la raison pour laquelle la FSV a profité de la rencontre «Respecter les droits de l’homme – un devoir pour la branche» organisée le 11 juin 2014 à Zurich pour signer son adhésion à la table ronde «Droits de l’homme dans le tourisme».

«Il est dans l’intérêt de notre clientèle, de nos partenaires commerciaux, mais avant tout des habitants des destinations de voyage, que nos activités ne violent pas les droits de l’homme», explique Walter Kunz, directeur de la FSV. Car la qualité des prestations ainsi que le succès des entreprises reposent en fin de compte sur ces personnes.

La FSV a pour objectif d’améliorer sans cesse la situation en matière de droits humains dans les pays dans lesquels ses membres sont actifs. «En instaurant un dialogue avec leurs collaborateurs et avec les partenaires externes, nous voulons assumer concrètement le devoir de diligence qui nous incombe en termes de droits de l’homme et fixer des buts visant à une amélioration constante», ajoute Walter Kunz.

Contrats négociés par les organisateurs

C’est le Groupe de travail Tourisme et Développement qui fait office de point de contact pour la table ronde «Droits de l’homme dans le tourisme» en Suisse. Son rôle consiste à fournir des informations aux membres de la FSV et à les sensibiliser à ce sujet dans le cadre de workshops. Quant à la mise en œuvre dans la pratique, elle est au final du ressort des organisateurs, qui négocient les contrats avec les partenaires locaux.

«Le sujet des droits humains n’est pas nouveau pour le tourisme, mais c’est une thématique qui oblige la branche à emprunter de nouvelles voies. Car elle englobe tant les conditions de travail et la protection contre la discrimination que les droits des enfants, des femmes et des populations indigènes. Et les entreprises ont une responsabilité accrue dans ce domaine», conclut Walter Kunz.

Plus amples informations:

Fédération Suisse du Voyage (FSV)
Walter Kunz
T: +41 44 487 30 50
M: +41 79 454 24 44
kunz@srv.ch

Primus Communications GmbH
Vanessa Bay
T: +41 44 421 41 21
M: +41 79 800 56 77
v.bay@primcom.com

Back

FEINHEIT Grafik Zürich – CI/CD, Webdesign, Flash, Webshop, XHTML/CSS