Toutes les informations de nos clients destinées aux médias dont du matériel photographique en haute définition peuvent être téléchargées.

Les gestionnaires de voyages aux prises avec l’équilibre confort-coûts et le manque de temps

Editeur: AirPlus,

90% des gestionnaires de voyages aiment leur profession et se sentent appréciés par leur employeur. Toutefois, l’un des grands défis est de concilier l’encadrement des voyageurs avec le contrôle des coûts. C’est ainsi que 70% des gestionnaires de voyages suisses (dans le monde 63%) considèrent qu’il est difficile de gérer la pression des coûts et de trouver en même temps un équilibre. C’est ce que démontre une étude d’AirPlus International qui a été effectuée en 2014 parmi quelque 1500 gestionnaires de voyages de 24 pays.

Commençons par les bonnes nouvelles: la plus grande partie des gestionnaires de voyages est extrêmement satisfaite de son travail et est convaincue que ses prestations sont appréciées par les entreprises. C’est ainsi que 90% des gestionnaires de voyages suisses indique, dans la dernière étude d’AirPlus International sur la gestion des voyages, que leur activité leur plaît. Dans le monde, cette part représente 88%.

En général, il s’avère que, au sein des entreprises disposant des budgets de voyages les plus importants, non seulement la considération pour la gestion des voyages est plus élevée, mais que le rôle du gestionnaire de voyages est aussi devenu plus important. Dans le monde, 71% des personnes interrogées au sein des entreprises disposant d’un important budget indiquent que leur importance a augmenté. Au sein des entreprises disposant de budgets plus modestes (53%) ou moyens (58%), c’est nettement moins. Dans l’ensemble, la gestion des voyages ne semble jouir d’une faible considération que dans les pays émergents. C’est ainsi que les réponses positives sont de loin, avec 33%, les moins nombreuses en Russie, mais au Brésil (67%) et en Chine (68%) également cette proportion est faible en comparaison internationale.

L’équilibre coûts-confort plus délicat que jamais
Bien que l’atmosphère dominante auprès des 1'483 gestionnaires de voyages interrogés dans le monde soit positive, des aspects négatifs existent néanmoins. C’est ainsi que 48% des gestionnaires de voyages suisses interrogés (81% d’entre eux sont des femmes) estiment que, en raison de la situation économique mondiale, la gestion des voyages est de plus en plus soumise à la pression des coûts (en Europe occidentale 50%). 70% des gestionnaires de voyages suisses sont même d’avis qu’il devient de plus en plus difficile de trouver l’équilibre entre la réduction des coûts et la sécurité ainsi que le confort des voyageurs (dans le monde 63%). L’assentiment concernant ce point est particulièrement élevé au Brésil (91%), en Italie (83%) et en Allemagne (81%).

Davantage de temps et une meilleure formation
Déjà lors du lancement de l’étude, il y a presque dix ans, les gestionnaires de voyages qui se plaignaient du manque de temps dans leur travail n’étaient pas moins nombreux. En 2014, ils sont 39% dans le monde à partager cette opinion. On doit toutefois constater que seuls 8% des personnes interrogées peuvent s’occuper de la gestion des voyages pendant plus des trois quarts de leur temps de travail et que 59% utilisent à cette fin moins d’un quart de leur temps. Il est moins surprenant de constater que ce sont plutôt les gestionnaires de voyages d’entreprises disposant d’importants budgets qui peuvent et de loin investir davantage de temps dans la gestion des voyages. Mais, même au sein de ce groupe, 40% consacrent moins d’un quart de leurs temps de travail hebdomadaire à ce secteur.

Il est aussi intéressant de noter qu’en Suisse seuls environ 22% des gestionnaires de voyages ont acquis une formation complète dans la gestion des voyages ou ont au moins suivi un cours de formation dans ce domaine. Dans le monde, ils sont 71% à exercer leur travail sans formation spécifique. Grâce à une meilleure offre d’apprentissage et de formation, la plus jeune génération des gestionnaires de voyages a certes davantage de possibilités de se spécialiser que les générations précédentes, mais ces possibilités ne sont manifestement exploitées que dans des cas exceptionnels.

Les résultats de l’étude laissent entendre que certaines entreprises pourraient concevoir leur département des voyages d’affaires de manière plus efficace si elles étaient disposées à investir un peu plus. L’investissement dans la formation ainsi que dans des heures supplémentaires pourrait induire des économies et des effets bénéfiques substantiels

Concernant l‘étude:
Pour cette étude, l’entreprise internationale d’études de marché 2hm a interrogé, sur mandat d’AirPlus International, en automne 2013 et au printemps 2014, au total 1'483 responsables de voyages dans 24 pays du monde.

Contact:
AirPlus International SA   
Tobias Frei
T: +41 (0)43 210 37 50
E: tfrei@airplus.com

Primus Communications S.à.r.l.
Nina Aryapour
T: +41 (0)44 421 41 25
E: n.aryapour@primcom.com

Back

FEINHEIT Grafik Zürich – CI/CD, Webdesign, Flash, Webshop, XHTML/CSS