Toutes les informations de nos clients destinées aux médias dont du matériel photographique en haute définition peuvent être téléchargées.

Les gestionnaires de voyages suisses ont de faibles attentes en matière de croissance

Editeur: AirPlus,

D’après l’International Travel Management Study d’AirPlus, le secteur mondial des voyages d’affaires s’attend en principe à une année commerciale 2017 stable. Les résultats des 983 gestionnaires de voyages et des 2270 voyageurs d’affaires interrogés de 24 pays varient cependant beaucoup d’un pays à l’autre.

Près de 90% des gestionnaires de voyages internationaux et 84% des voyageurs d’affaires envisagent des affaires stables ou en hausse en 2017. Seuls 10% s’attendent à un recul des activités de voyages. Toutefois, les attentes varient d’un pays à l’autre en raison des développements économico-politiques (par ex. le Brexit) ou en raison aussi des questions de change (franc fort), comme le montrent les résultats de l’International Travel Management Study 2017 d’AirPlus.

Les Suisses ne partagent que partiellement l’optimisme international  
Seuls 15% des gestionnaires de voyages suisses s’attendent en 2017 à un plus grand nombre de voyages que l’année précédente. En 2016, cette valeur était encore de 23% et de ce fait déjà de 11 points de pourcentage derrière 2015. Cela montre que les Suisses apprécient l’avenir de manière plus pessimiste que leurs collègues internationaux (33%). En même temps, dans notre pays, le nombre des responsables de voyages qui s’attendent cette année à un nombre moins élevé de voyages a toutefois baissé, pour passer de 16% en 2016 à 8% actuellement (13% dans le monde). D’après AirPlus, la baisse des coûts pour les voyages d’affaires ainsi que le marché des exportations suisse non homogène pourraient être responsables de cette situation contradictoire. Tandis que quelques branches (par ex. l’industrie pharmaceutique) continuent à bien se comporter, l’industrie de transformation (par ex. l’industrie mécanique) doit se battre. Les voyageurs d’affaires suisses jugent la situation de manière plus confiante: 13% croient qu’en 2017 on voyagera moins (2016: 17%), tandis que 29% s’attendent à une augmentation (2016: 19%). Outre la force du franc suisse, une autre tendance observée auprès des entreprises suisses, à savoir la délocalisation des unités de production à l’étranger, pourrait être responsable de cette situation. Ceci accroît le besoin en matière de voyages d’affaires au niveau des cadres. Les attentes les plus importantes pour 2017 sont nourries par les Américains: 71% des responsables de voyages au sein des entreprises prévoient une hausse du nombre de voyages. En 2016, ce chiffre n’était que de 26%. 60% des gestionnaires de voyages indiens ainsi que 78% des voyageurs d’affaires, qui s’attendent à une augmentation du nombre des voyages professionnels en raison du boom économique et de l’accroissement des exportations, se montrent également optimistes.

Dans le monde, l’impact économique est jugé plus positif que jamais – mais pas en Suisse  
L’impact économique sur leur marché ces dernières années a été jugé de plus en plus positivement par les gestionnaires de voyages internationaux. 2017 est la première année durant laquelle le nombre des planificateurs de voyages s’étant positivement exprimés (29%) est plus élevé que celui de leurs collègues négativement disposés (23%). La part des gestionnaires plus optimistes a donc plus que doublé ces trois dernières années (2014: 14%). Contrairement à 2016, les voyageurs d’affaires internationaux, qui ont été interrogés dans le cadre de l’étude d’AirPlus, penchent vers la même direction: 30% placent davantage d’espoir dans l’économie en 2017.
En Suisse, le tableau est différent: 5% seulement des gestionnaires de voyages suisses estiment que l’environnement économique actuel aura des effets positifs sur les voyages d’affaires. Le nombre de ceux qui envisagent des effets négatifs, a baissé pour passer, de 31% en 2016, à 20%. 71% des gestionnaires de voyages n’envisagent ainsi pas de répercussions économiques sur les voyages d’affaires (2016: 62%). Les voyageurs d’affaires suisses sont nettement plus optimistes et se situent ainsi plutôt dans la moyenne de l’Europe occidentale. Les voyageurs d’affaires en Suisse qui estiment que l’économie aura des effets positifs sur le segment des voyages d’affaires et ceux qui sont d’avis que ces effets seront négatifs représentent 22% dans un cas comme dans l’autre. 

Les dépenses augmentent en raison d’un nombre de voyages plus élevé
En moyenne mondiale, 41% des gestionnaires de voyages estiment que leurs frais de voyages vont augmenter pour 2017 – cette part est identique à celle de 2016. A cet égard, les dépenses pour les vols et les hôtels doivent être les principaux facteurs de coûts. Le nombre de ceux qui pronostiquent des frais moins élevés est par contre légèrement en recul, étant passé de 18% en 2016 à 14%. Dans cette estimation de stabilité des prix, les dépenses augmentent en raison de l’augmentation du nombre de voyages et non pas en raison de prix plus élevés. D’une manière générale, les voyageurs d’affaires sont moins nombreux à estimer que les frais vont fortement augmenter. Font exception des marchés tels que l’Inde, sur lesquels on s’attend pour 2017 à un nombre de voyages beaucoup plus élevé. En Suisse, les attentes concernant l’augmentation resp. la baisse des frais de voyages ont été plus ou moins équilibrées en 2016 (33% dans les deux cas). Pour 2017, le tableau est différent: 29% des gestionnaires de voyages s’attendent à une augmentation des frais de voyages et la moitié seulement (15%) escompte une baisse des dépenses par rapport à 2016. 

Le Brexit et la force du franc suisse ne sont pas sans conséquences
La sortie de la Grande-Bretagne de l’UE fait l’objet d’appréciations divergentes par les gestionnaires de voyages et les voyageurs d’affaires et reflète aussi l’attitude en général ambivalente sur cette question. La moitié des planificateurs de voyages britanniques s’attend à un effet positif sur les voyages d’affaires et à une augmentation de la fréquence de ceux-ci. Etant donné que la faiblesse actuelle de la livre sterling rend les exportations plus avantageuses, l’acquisition d’affaires nouvelles est plus attrayante outre-Atlantique également. En revanche, 19% seulement des voyageurs d’affaires britanniques croient que l’économie va avoir des effets positifs – une valeur qui se situe nettement au-dessous de la moyenne. Seuls 17% s’attendent à un plus grand nombre de voyages d’affaires – c’est la troisième valeur la plus faible de l’étude. Visiblement, des réductions budgétaires sont attendues, étant donné que la faiblesse de la livre sterling rend les voyages d’affaires à l’étranger nettement plus chers pour les entreprises britanniques. Par contre, le franc suisse, qualifié déjà officiellement par la Banque nationale suisse de surévalué, s’est encore apprécié en été 2016 – appelé qu’il est par les remous autour du vote sur le Brexit au Royaume-Uni et par sa propre réputation à devenir une monnaie refuge idéale. Une monnaie extrêmement forte, laquelle, en raison de l’instabilité politique en Europe occidentale et aux Etats-Unis, pourrait rester telle quelle en 2017 également, complique les exportations des entreprises suisses, étant donné que les marchandises de ces dernières deviennent toujours plus chères dans les autres pays. Un marché des exportations difficile peut par conséquent avoir des répercussions légèrement restrictives sur les voyages d’affaires. 

L’International Travel Management Study d’AirPlus International a été effectuée pour la douzième fois déjà et est considérée comme le baromètre de la branche dans le secteur des voyages d’affaires. Dans le monde, ont été interrogés, entre août et octobre 2016, et dans 24 pays au total, tous les acteurs importants du marché: 983 gestionnaires de voyages et 2270 voyageurs d’affaires


Contact:

PrimCom
Simon Benz
T: +41 (0)44 421 41 21
s.benz@primcom.com

AirPlus International SA
Tobias Frei
T: +41 (0)43 210 37 50
tfrei@airplus.com
www.airplus.com

 

Back

FEINHEIT Grafik Zürich – CI/CD, Webdesign, Flash, Webshop, XHTML/CSS