Toutes les informations de nos clients destinées aux médias dont du matériel photographique en haute définition peuvent être téléchargées.

Les clients suisses sont d’un profond réconfort pour la parahôtellerie

Editeur: Parahotellerie Schweiz,

Pour la communauté d’intérêts Parahôtellerie Suisse, la saison d’hiver a connu une évolution très positive – jusqu’à l’arrivée, en mars, du confinement. Pour la saison d’été à venir, les cinq membres de ladite communauté se montrent, dans leur majorité, optimistes, à tout le moins en ce qui concerne les réservations de clients en provenance de Suisse.

Le sondage de printemps de la communauté d’intérêts Parahotellerie Suisse effectué auprès de ses cinq entreprises membres BnB Switzerland, Interhome, Reka, les Auberges de Jeunesse Suisses (AJS) et TCS Camping sur l’activité commerciale pour l’hiver écoulé et la saison d’été à venir est placé cette année sous le signe de la crise du coronavirus. Si l’on prend en compte l’hiver (du début novembre à la fin avril), c’est l’image suivante qui est dominante : après, dans un premier temps, de bonnes à très bonnes statistiques quant au taux d’occupation et au chiffre d’affaires, a suivi, à partir de la mi-mars, un fort recul resp. une panne complète. 

C’est ainsi que les villages de vacances Reka ont pu réaliser, de novembre à février, une augmentation de 10% par rapport à l’année dernière, mais finalement le bilan de l’hiver affiche une baisse de -18% (nuitées) resp. de -19% (chiffre d’affaires). Les Auberges de Jeunesse Suisses (AJS) ont enregistré jusqu’au confinement, le 16 mars 2020, une augmentation du nombre des nuitées d’environ 7%. En fin de compte, les AJS ont bouclé la saison d’hiver avec un recul des nuitées de 25% (moins 22% pour le chiffre d’affaires). Le prestataire en logements de vacances Interhome a observé jusqu’à la mi-mars une augmentation de 9% pour les réservations et de 11.6% pour le chiffre d’affaires. «Cette croissance est due, entre autres, à un climat hivernal idéal. Cela a aussi incité de nombreux clients à passer, à court terme, quelques jours en montagne», explique Roger Müller, Country Manager d’Interhome Suisse. Interhome a ressenti tout particulièrement une nette augmentation des clients suisses (+22.4%). Après le confinement, l’on n’a plus récolté de chiffres.

TCS Camping a aussi été durement touché. Après une bonne saison d’hiver sur les cinq campings d’hiver ouverts, avec une augmentation du nombre des nuitées de plus de 25% par rapport à l’année précédente (jusqu’à la fin février), les chiffres se sont effondrés avec le confinement à partir de la mi-mars et les terrains de camping ont dû être fermés en raison de l’ordonnance d’urgence du Conseil fédéral. «Le 2 avril, la saison aurait dû commencer sur la totalité de nos 24 terrains de camping. Les réservations pour le mois d’avril étaient très bonnes, en particulier pour les jours de Pâques lors desquels nous nous attendions à un taux d’occupation très élevé», confesse Oliver Grützner, responsable de Tourisme et Loisirs au TCS. Mais, finalement, c’est une baisse de 78% qui a été enregistrée pour l’ensemble de l’hiver (y compris la période pascale).

Eté 2020 – forte augmentation des réservations des Suisses

Dans leurs perspectives pour l’été prochain, tous les membres s’attendent à un tourisme intérieur en augmentation qui ne va certes pas compenser la disparition des clients internationaux, mais qui pourra à tout le moins l’atténuer quelque peu. C’est ainsi, par exemple, qu’Interhome a pu enregistrer, après l’annonce de la sortie progressive du confinement, une nette augmentation des réservations pour les mois de juillet et d’août (environ 800 réservations en l’espace de deux semaines). Et l’on escompte une nouvelle et forte tendance à la hausse. «Ceci notamment parce que des vacances dans un appartement ou une maison de vacances sont idéales pour suivre les recommandations du Conseil fédéral. Les déplacements s’effectuent pour la plupart en voiture individuelle et, sur place, l’on passe ses vacances, pour ainsi dire, entre ses propres quatre murs», déclare Roger Müller. Chez Interhome, le niveau de l’année dernière a déjà pu être atteint à nouveau.

Chez BnB Switzerland, tous les établissements n’ont pas encore été rouverts. Etant donné que certains hôtes font eux-mêmes partie d’un groupe à risques, la Directrice Dorette Provoost s’attend à ce que, dans un premier temps, environ 600 des 900 des Bed and Breakfast accueillent des clients. Une comparaison avec l’année précédente est de ce fait extrêmement difficile. Mais Dorette Provoost ressent «le désir de nos clients suisses de pouvoir bientôt voyager à nouveau» – au moins à l’intérieur du pays. «Les vacances dans la nature sont dès lors très prisées cette année. Les vacances en famille, la randonnée, le VTT, les vacances à la ferme», énumère Dorette Provoost. «Les villes devront essuyer une perte, vu que de nombreuses manifestations n’auront pas lieu.»

Les Auberges de Jeunesse Suisses annoncent, pour les mois de mai et juin, un nombre de réservations encore bas. «A partir de juillet, une lente reprise se dessine», explique la CEO Janine Bunte. Toutefois, en raison de la persistance des restrictions de voyager et de l’annulation des grandes manifestations et des camps scolaires, il y a toujours des annulations. Les AJS s’attendent dès lors pour cet été à un recul de 30% du nombre des nuitées et du chiffre d’affaires.

Les campings du TCS bénéficient de l’envie de nature

L’envie des Suisses de liberté et de nature se manifeste dans les réservations anticipées pour les terrains de camping du TCS. Les réservations en ligne pour les mois d’été de juillet et août se situent largement au-dessus de l’année précédente, déjà bonne (actuellement +68.8%). « Les gens cherchent des solutions de remplacement en Suisse, car après des semaines durant lesquelles leur liberté de mouvement a été limitée, ils n’entendent surtout pas renoncer aux vacances», explique Oliver Grützner, responsable de Tourisme & Loisirs au TCS. «Tandis que les clients habituels ont à nouveau réservé tôt, nous avons aussi reçu dans l’intervalle de plus en plus de demandes et de réservations de nouveaux clients.» Sont particulièrement demandés les terrains de camping au bord des lacs et des rivières ainsi que les régions de l’Oberland bernois, du Tessin et de la Suisse centrale.

Au sein du groupe Reka Suisse, la situation des réservations pour la période de mai à octobre 2020, au 1er mai, se situait encore 15% en-deçà de l’année dernière. Mais, d’après le Directeur de Reka, Roger Seifritz, les mois d’été et d’automne connaissent une très bonne évolution et se situent en partie au-dessus du niveau de l’année précédente. « Nous nous attendons actuellement à ce que la saison se termine avec des chiffres de 20 à 30% inférieurs à ceux de l’année dernière», estime Roger Seifritz.

Pour Janine Bunte, Présidente de la communauté d’intérêts Parahôtellerie Suisse, les chiffres, tendances et estimations issus de ses propres rangs montrent surtout une chose: «Avec nos offres, nous nous trouvons malgré tout proches des besoins du marché et allons, cette année précisément, apporter une importante contribution au redressement prochain, espérons-le, du tourisme suisse.»

Par ailleurs, certains membres entrevoient déjà une lueur d’espoir pour l’été 2021. «Nombre de nos clients étrangers ont décidé de renvoyer à l’année prochaine leurs vacances en Suisse et ont modifié leur réservation en conséquence», tel est le langage que l’on tient, par exemple, chez Interhome.

 Pour des informations complémentaires ou des précisions:
Jonathan Spirig
Service de presse Parahôtellerie Suisse
Tél.: +41 44 421 41 21
E-mail: j.spirig@primcom.com

Back

FEINHEIT Grafik Zürich – CI/CD, Webdesign, Flash, Webshop, XHTML/CSS